Question:
Le Conseil de sécurité des Nations Unies peut-il autoriser les États à violer le droit international humanitaire?
Roy
2015-05-27 15:36:00 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Le chapitre 7 de la charte des Nations Unies donne au Conseil de sécurité (CSNU) le pouvoir d'autoriser les États à utiliser la force dans certains cas particuliers (par exemple, lors de la première guerre du Golfe, le CSNU a autorisé l'usage de la force contre l'Irak).

Désormais, tout usage de la force par un État est normalement soumis au droit international humanitaire (DIH - le droit de la guerre). Cependant, étant donné que le Conseil de sécurité peut autoriser des usages spécifiques de la force et pas seulement des déclarations générales telles que "la force peut être utilisée", la question se pose de savoir s'il peut ou non passer outre au DIH.

En théorie, il semblerait un peu étrange, en particulier si nous décidons que le DIH compte comme jus cogens (une norme impérative du droit international), mais la charte stipule explicitement que les décisions du Conseil de sécurité sont contraignantes pour tout État membre des Nations Unies, et que les obligations d'un État découlant de la charte remplacent d'autres obligations en vertu du droit international.

Donc, pour justifier la clarté, disons que le CSNU devait adopter une résolution disant qu'en raison du pouvoir de l'État islamique en Syrie, non seulement il est légal pour les États de recourir à la force contre eux, mais ils n'ont plus à se soucier de tuer des civils, car ce n'est qu'en tuant un grand nombre de personnes que le monde sera en mesure de dissuader les terroristes. Cette décision serait-elle légale (et contraignante)? ​​

Je ne suis pas sûr que «juridique» ou «contraignant» soient des concepts pertinents lorsqu'il s'agit d'une décision du Conseil de sécurité de l'ONU. Juridique selon quelle norme et selon quelle autorité de contrôle? Lier sur qui?
@chapka Juridique en ce qui concerne «l'usage légal de la force», et en particulier en vertu de l'article 2 (4) de la charte des Nations Unies. En vertu du droit international, les États sont en fait tenus de respecter des engagements tels que les traités, y compris la charte, qui comprend deux parties importantes, l'une qui dit qu'elle a un précédent sur toute autre obligation d'un État en vertu du droit international, et l'autre disant du Conseil de sécurité sont obligatoires pour tous les membres de l'ONU.
Un répondre:
#1
+4
jimsug
2015-07-29 16:27:43 UTC
view on stackexchange narkive permalink

La réponse à votre question, strictement en termes de savoir s'ils ont la capacité d'autoriser les États à violer le droit international humanitaire, est oui^.

Cependant , c'est hautement improbable. Il suffit d'un seul membre permanent pour opposer son veto à une telle résolution.

De plus, l'article 24 (2) de la Charte des Nations Unies stipule que:

... le Conseil de sécurité agira en conformément aux buts et principes des Nations Unies

... et le droit international humanitaire serait certainement considéré comme un principe des Nations Unies.

Alors, sont-ils capable d'adopter une résolution en violation du droit international humanitaire? Bien sûr. Est-ce que cela se produira probablement? Presque certainement pas. Cela dit, si cela se produisait, il s'agirait d'un domaine du droit nouveau, et bien qu'actuellement, le droit international suggère qu'il serait contraignant et légal, il est possible que des sanctions soient imposées si une telle résolution était adoptée par le Conseil de sécurité.



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...