Question:
Pourquoi la Cour suprême des États-Unis s'oppose-t-elle aux caméras, alors que celles de l'Australie, du Canada et du Royaume-Uni les ont autorisées?
AYX.CLDR
2015-05-30 20:38:46 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Les arguments des juges SCOTUS contre la télédiffusion (comme Alito J à 21h03 et Kagan J à 26h17 qui, de manière intéressante, ont voté POUR la télévision quand il était sur le 3e circuit), concernent également la HCA , SCC et UKSC. Ils comprennent une mauvaise interprétation par le public et les médias, des changements de comportement dus au tournage). Pourtant, ces autres tribunaux ont télévisé. Alors pourquoi pas SCOTUS? Je ne vois aucune distinction entre la télédiffusion de SCOTUS et la HCA, la SCC, l'UKSC.

  1. "La Cour suprême du Canada (CSC) a autorisé la couverture télévisée de toutes ses audiences depuis le milieu des années 90 ". Regardez cet entretien conjoint avec le CJC McLachlin et Ginsburg J où le CJC McLachlin confirme sa décision de téléviser.

  2. La HCA a commencé à téléviser le 2 Octobre 2013.

  3. L'UKSC a commencé à téléviser le 5 mai 2015:

    Le nouveau service sera financé par la Cour suprême jusqu'en mars 2016, date à laquelle il sera examiné à la lumière des commentaires des utilisateurs et des autres priorités de dépenses de la Cour.

  4. The UKSC a évidemment continué, mais pourquoi les juges SCOTUS n'adoptent-ils pas cette idée de période d'essai?

Pourriez-vous fournir des liens vers les exemples où la question générale a été posée et répondue? Et peut-être résumer les réponses pour ceux qui ne les connaissent pas?
@feetwet Oui; s'il vous plaît laissez-moi un peu de temps.
cf. [Le juge Kavanaough devant les caméras de la Cour suprême] (https://www.youtube.com/watch?v=KkmYuc5NW_E)
Tradition. Ni plus ni moins.
Deux réponses:
#1
+15
HDE 226868
2015-05-30 23:12:59 UTC
view on stackexchange narkive permalink

C'est compliqué.

La règle 53 stipule

Sauf disposition contraire d'un statut ou de ces règles, le tribunal ne doit pas permettre la prise de photos dans la salle d'audience pendant les procédures judiciaires ou la diffusion des procédures judiciaires depuis la salle d'audience.

Ceci s'applique non seulement à la Cour suprême, mais à tous les tribunaux fédéraux. La règle 53 s'applique aux affaires pénales, pas aux poursuites civiles.

Au fil du temps, la règle 53 a été étendue. Il est passé de simples "photographies" pour inclure la télévision et les caméras associées.

En outre,

La Conférence judiciaire des États-Unis interdit la télédiffusion, enregistrement et diffusion des procédures judiciaires de district (civiles et pénales). En vertu de la politique de la conférence, chaque cour d'appel peut autoriser la télévision et d'autres médias électroniques de couverture de ses débats. Seules deux des 13 cours d’appel, les cours d’appel des deuxième et neuvième circuits, ont choisi de le faire.

Les tribunaux ont donc la possibilité de choisir si ou non, ils veulent que leurs débats soient diffusés / télévisés. Cela est techniquement autorisé à la Cour suprême par toutes les autres lois. . . mais la décision revient en fin de compte aux juges.

Lors du 109e Congrès, cinq projets de loi sont apparus qui modifieraient les règles existantes, à un certain niveau:

  • HR 1751
  • H.R. 2422
  • H.R. 4380
  • S. 829
  • S. 1768

H.R. 4380 et S. 1768 s'appliqueraient à la Cour suprême; les autres s'appliqueraient aux tribunaux fédéraux de district et d'appel. Les deux projets de loi rendraient la couverture télévisuelle obligatoire, à moins que les juges ne votent collectivement contre. Donc, une fois de plus, le pouvoir est entre les mains de la Cour.

H.R. 4380 est bref et ne serait qu'un addendum au chapitre 45 du titre 28, United States Code. La S. 1768 est également succinct et modifierait le même statut.

Le titre 28, dans toute sa splendeur, peut être trouvé ici ( Chapitre 45). Les ajouts proposés sont visiblement absents, car le § 678 n'est pas là.

Donc, pour répondre à quelques citations de votre question,

Y a-t-il des raisons contre les caméras réservées au Supreme Cour, mais cela ne s'applique pas aux tribunaux qui autorisent déjà les caméras (comme la Cour suprême du Royaume-Uni)?

Il n'y a pas de lois spéciales, non.

À savoir, est-ce que l’autorisation des caméras dans d’autres plus hautes juridictions réfute les arguments contre les caméras de la Cour suprême des États-Unis?

Non.

C'est purement la décision de la Cour.

Le raisonnement des juges eux-mêmes contre les caméras est en dehors du champ d'application de la loi.

#2
+1
A. K.
2019-02-28 08:59:13 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Plus une réponse politique qu'une réponse juridique, mais je soupçonne que la loi est un frein. Pensez à ce qu'était la caméra lorsque la loi a été créée. Il s'agissait de pièces d'équipement encombrantes et bruyantes qui avaient besoin d'être enroulées pour continuer à fonctionner. Entre les sons du caméraman qui fait fonctionner l'appareil, un instantané d'une caméra (et du flash au magnésium / ampoule), le son du lecteur de Genève, vous pouvez imaginer que ce serait plutôt gênant pour le tribunal . Sans parler d'essayer d'obtenir un enregistrement sonore avec la vidéo.

Quant à savoir pourquoi à ce jour, cela n'est pas autorisé, pour l'un, la loi est "collante" en ce qu'elle est souvent laissée inchangée à moins que la législature ne soit donnée impulsion pour le faire. La technologie a changé, la loi n'a pas changé. Deuxièmement, les juges n'aiment probablement pas être enregistrés. Comme cela a été souligné, les tribunaux peuvent autoriser l'utilisation de caméras, mais ne le font pas.



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...